La Pologne religieuse

L’évangélisation des terres polonaises contribua également à y introduire les coutumes et l’art de l’Europe occidentale. Cette époque se reflète dans les ouvrages romans qui se trouvent le long de la Voie romane des Piast, longue de près de 1 000 kilomètres! Il s’agit là des tombeaux - datant du XIIe siècle - des premiers souverains de la dynastie des Piast, de la porte de bronze de Gniezno, de la cathédrale de Plock, des basiliques de Kruszwica et de Tum près de Leczyca, ainsi que de bon nombre d’églises.

En parcourant le tronçon de la Voie européenne des Cisterciens situé le plus à l’est, il vous sera possible de visiter les églises et couvents du XIIIe siècle de Jedrzejow, Koprzywnica, Sulejow et Wachock, mais aussi les églises baroques de l’abbaye de Krzeszow, ornées de fresques comparables avec les peintures de la chapelle Sixtine. Les églises Notre-Dame de Gdansk et de Cracovie sont des merveilles de l’art gothique. La Pologne de l’Est possède des concentrations assez importantes de minorités religieuses. Le plus célèbre haut lieu de l’Église orthodoxe polonaise est le monastère de Grabarka, construit au sommet d’une colline.

Des Juifs, qui représentaient plus de 10 % de la population de la Pologne de l’entre-deux-guerres, il ne reste plus que des cimetières avec leurs stèles funéraires verticales caractérisées par une belle plastique et renouant avec la symbolique du Vieux Testament. Les hassidim affluent chaque année à Lesko, Kazimierz et Bobowa dans la vallée de la rivière Biala, pour prier sur les tombes d’illustres zaddiks. Les synagogues reconstruites de Varsovie, Cracovie et Tykocin sont des témoignages du passé.

Menu: